Comment devenir un bon grison :

La recette complète


LE MARIAGE GRIS MODE D'EMPLOI
Comment devenir un grison : Je vous propose la recette complète basée sur une expérience personnelle.

Pour être un bon grison, il faut :

avoir un peu plus de la cinquantaine, avoir récemment eu une déception amoureuse, une séparation ou simplement avoir l’angoisse de la solitude,
Bref, être dans une situation de fragilité,
L’indispensable est d’avoir internet,
En effet quelle simplicité pour trouver l’âme sœur qui conviendra à vos attentes.

APPROCHE ET ACCROCHE :
Alors, vous commencez à recevoir une multitude de messages venant de demoiselles africaines qui souhaitent dialoguer.
Au début on n’y prête pas attention, l’Afrique c’est loin.....
Et puis par curiosité on répond et vous êtes ferré comme un poisson.
C’est sympa, on se dit malgré toutes les mises en garde qu’après tout pour un échange culturel c’est pas mal.
Alors pour éviter l’arnaque on demande à voir l’interlocutrice via MSN.
Mais comme vous n’ignorez pas que la vie est difficile dans son pays, vous lui envoyez un peu d’argent pour qu’elle puisse communiquer.
Et là on commence à vous mijoter aux petits compliments qui vous valorisent:
L’écart d’âge n’a aucune importance en Afrique c’est loin d’être une barrière.
On vous trouve mignon, on se sent rajeunir à grande vitesse.
Votre interlocutrice se dit fascinée par votre personnalité et se dit au bout de quelques jours être amoureuse folle de vous.
Bien sûr, cela vous surprend, mais après tout pourquoi pas.
Alors, on l’invite à venir en France passer quelques vacances. Mais vous apprenez qu’aucun visa n’est délivré, sauf pour des études ou un emploi hexagonal.
Qu’à cela ne tienne, vous êtes seul, passé la cinquantaine, un peu d’économies.
On décide d’y aller pour voir.

LA CUISSON :
C’est la fête quand vous arrivez.
Des cousins viennent vous chercher à l’aéroport pour vous faire passer la douane sans attente moyennant 10 euros, vous tenir de garde du corps (Je saurai plus tard que de nombreux prétendants se font détrousser à leur arrivée)
Vous êtes chouchouté, admiré, protégé.
On se dit que l’on va enfin retrouver une vie de rêve. Mais on ne peut essayer de faire l’expérience d’une vie commune que si vous restez dans le pays et cela est impossible quand on a encore une activité dans l’hexagone.
La seule solution le mariage pour qu’elle puisse venir en France.
Bien sûr on y réfléchit, puis on se dit qu’après tout pourquoi ne pas tenter.
Milieu qui ne semble pas défavorisé dans ce pays (Père ancien sous-préfet, mère greffière) on ne peut que ne pas douter de la sincérité de votre promise!
Et puis si cela ne fonctionne pas, il y a le divorce. J’ai aussi la chance de n’avoir que mes revenus pas très élevés, mon patrimoine ayant été cédé à mon fils quelques années auparavant.


LE REPAS :
Toutes mes économies passeront dans l’organisation du mariage. Aucune participation de la famille (on vous dit que c’est la coutume) sans oublier la dot (je m’en suis tiré avec deux cents euros en boissons alcoolisées).
Mais bon le salaire moyen étant de 150 euros, le coût de la vie pour un Occidental est très faible .
L’ensemble des dépenses voyage compris avoisinera 3000 euros.
Le temps de faire les formalités de transcription (validation du mariage en France), indispensable pour qu’elle puisse venir dans le cadre du rapprochement familial, tout se passe dans un climat d’impatience.

LA DIGESTION :
Il suffira que de quelques semaines pour s’apercevoir d’un changement radical de comportement de la part de votre épouse.
Rien n’ira plus lorsque vous cesserez de verser de l’argent via Western Union pour aider la famille, il n’est pas question de travailler, il faut lui donner de l’argent parce qu’elle fait le ménage, il faut acheter de la marque et bref ça finit par la chambre à part. Ensuite ce sont des provocations incessantes à vous faire perdre votre sang froid et provoquer de votre part des réactions violentes pour pouvoir porter plainte contre vous.

J’ai eu la chance de garder mon sang froid et au bout de 8 mois elle quitte le domicile conjugal, trouve un autre français pour faire reconnaître son fils.

En fait, je n’ai pas d’amertume et je comprends que pour ces personnes qui vivent dans la précarité tout est bon pour pouvoir s’en sortir.

Nous sommes des proies (elles chassent le Blanc comme elles disent) mais, même prévenu on tombe facilement dans leurs pièges, reste surtout à prendre des précautions pour éviter le pire.




















Récit by Patrick.D septembre 2014


Partager ce site sur Facebook